Advanced Squad Leader©
pour les nuls ... et les autres !

Accueil   »   AAR’s, on a joué

Götterdammerung in Berlin, partie 9

Berlin, 30/04/1945, dans l’après-midi

Le 3 mai 2009, par Clément Bertrand


Les allemands envoient précipitamment tous les renforts qu’ils peuvent encore rassembler vers la forteresse. Les couloirs du Parlement grouillent d’un incroyable mélange d’uniformes : de rares survivants de la 9ème fallschirmjäger se mêlent aux vieillards du Volkssturm, quelques sections de la Wehrmacht servent les mitrailleuses placées aux fenêtres des étages, alors que les soldats de la Waffen SS, de nationalités diverses, défendent les accès principaux. Deux canons placés au rez-de-chaussée, un de 75* (CC27) et un autre de 105 (AA29), constituent les seules armes lourdes encore à disposition des défenseurs. Les chars ont tous été détruits devant les murs la forteresse. Une pièce de 88 constitue le dernier rempart antichar au sud du Reichstag (BB31).

En fin de matinée, les russes se sont emparés des caves dans l’angle nord-ouest (AA26) ainsi que du rez-de-chaussée. L’incendie qui a ravagé cette partie de l’immeuble s’est éteint de lui-même, cédant aussitôt la place aux frontoviki. L’armée rouge a investi les pièces en force : une section du génie équipée de lance-flammes occupe les caves, alors qu’une autre s’est rassemblée au rez-de-chaussée. A l’arrière du bâtiment, dans les ruines qui s’étendent vers l’Ouest, ce sont deux compagnies d’élite largement pourvues en explosifs qui attendent le coup de sifflet qui marquera le début de l’assaut final. Trois bannières ont été attribuées aux plus méritants des soldats russes. Objectif : faire flotter le drapeau rouge avant ce soir sur le toit du Reichstag. Dans la partie sud du bâtiment, une dizaine de soldats russes équipés d’un lance-flammes tiennent toujours quelques salles du 1er étage, cernés par une section du génie et plusieurs groupes de SS. Les allemands semblent déterminés à réduire rapidement cette épine dans leur dos.

A l’extérieur de l’immeuble, plusieurs chars russes font face au 88 : IS2, ISU122, SU76 et OT34 se rassemblent pour compléter l’encerclement de la forteresse.

Tour 1

Les premiers coups de feu retentissent dans les caves du Reichstag. Les rafales d’armes automatiques deviennent vite assourdissantes, couvrant le chuintement du lance-flammes russe. Ce dernier sème rapidement la panique parmi les défenseurs : les hurlements des blessés se mêlent aux hurlements des officiers. La défense cède dans les caves AA27, alors que les SS tiennent bon dans celles de l’Est (BB26). La situation est stable au rez-de-chaussée : la défense allemande résiste aux tirs préparatoires. La façade nord est prise sous le feu de nombreuses mitrailleuses lourdes russes embusquées au nord de la Spree et dans les bâtiments du quartier diplomatique, ainsi que par plusieurs pièces d’artillerie de gros calibre. Soudain, un obus de 203mm fuse vers le 3ème étage à l’angle nord-ouest (AA26), traverse une meurtrière et explose au milieu des servants de deux mitrailleuses lourdes (critical hit) : c’est le carnage. Le souffle de l’explosion pulvérise les défenseurs. L’officier de la Wehrmacht encadrant la vingtaine d’hommes (9-2) s’écroule sur le sol, criblé d’éclats. Les mitrailleuses sont ensevelies sous les gravats. Dès le début de l’attaque russe, une importante position allemande est nettoyée (3KIA). Au sud, les russes survivants font cracher ses dernières réserves d’essence à leur lance-flammes : toutefois, la surprise est totale du côté allemand, et le squad du génie ciblé perd les pédales au 2ème étage. Dans le même temps, les russes placent des fumigènes le long de la façade nord au moyen de mortiers (AA25-BB25).

L’artillerie russe règle son tir à l’arrière du Reichstag : les russes veulent empêcher tout repli des défenseurs.

Coups de sifflets stridents. Hurlements. Des « hurrah » s’échappent de centaines de gorges. Le vrombissement des moteurs des chars russes se fait également entendre. Les ruines faisant face au Reichstag se teintent brusquement de brun. Les bannières rouges, déployées au milieu des vagues humaines, sont comme autant de présages au bain de sang qui va marquer cette sombre journée. C’est l’assaut ! Massif. Brutal.

Les russes ont particulièrement bien synchronisé cette attaque : le nettoyage préalable des caves au sud de leur position (AA27) permet à une première vague d’assaut d’atteindre le pied du Reichstag. Malgré les tirs défensifs, une charge explosive est placée : l’explosion pratique une brèche béante dans le mur et finit de mettre les défenseurs éberlués en déroute. Les russes investissent les caves.

Au rez-de-chaussée, les tirs russes mettent les allemands en déroute au sud (AA27) : une section, partie des ruines à l’extérieur (Z25), vient s’entasser avec les russes déjà présents au rez-de-chaussée avant de bondir vers les positions nouvellement nettoyées.

Sur la façade nord, les fumigènes couvrent la ruée soviétique. Là encore, les unités de pointe atteignent en courant les murs du Reichstag et y pratiquent une brèche à l’explosif. A cet endroit, les allemands n’ont positionné que quelques unités du Volkssturm : les vieillards plient rapidement sous la violence de l’assaut, sans opposer de résistance sérieuse. Les frontoviki bondissent dans les caves sur les talons des défenseurs.

L’inévitable contre-attaque allemande manque quant à elle de cohésion. Les tirs russes provenant de l’extérieur gênent considérablement la progression au nord : de nombreux soldats sont cloués au sol avant d’avoir pu quitter les pièces occupées. L’attaque est facilement repoussée par les russes.

Seul un groupe du génie embusqué au 2ème étage à l’angle nord-ouest parvient à lancer une charge explosive au milieu d’une section russe progressant à l’extérieur, infligeant quelques pertes et mettant les survivants en déroute.

Par ailleurs, une vigoureuse attaque de Waffen SS parvient à déloger les russes fraichement installés au rez-de-chaussée (AA27) et reprend le contrôle de ces salles. non sans subir quelques pertes.

Au sud (BB28), une poignée de russes tentent de se faufiler vers le nord du bâtiment : au détour d’un couloir, ils sont cueillis par les rafales de Sturmgewehr de soldats de la Waffen SS. Tous les chemins de déroute sont bloqués. Mais la férocité de cet ultime combat est telle qu’aucun prisonnier n’est fait. Les soldats russes restés en retrait sont débusqués par une unité génie allemand : là encore, aucun survivant.

Les chars russes lancent également une attaque au sud. Le 88 tire obus sur obus : un SU76 est transformé en carcasse fumante. Un ISU122 est quant à lui immobilisé à quelques dizaines de mètres de la position allemande en tentant de la contourner (AA33). Mais les chars continuent d’affluer. Le canon AA allemand tombe soudain à court de munitions. Un char lance-flammes en profite pour foncer sur lui, le déborde, élimine les servants et s’arrête presqu’au pied du Parlement (CC31). Quelques torpilles de panzerfausts jaillissent des caves, sans toutefois trouver leur cible. Le Reichstag est isolé.

Tour 2

Le nettoyage des caves est bien engagé au nord. Quelques giclées de lance-flammes réduisent la résistance dans celles situées entre les deux coins nord du bâtiment (BB26). Désormais, les russes vont pouvoir se lancer dans la conquête des étages. Il faut bousculer la défense encore abasourdie et parvenir rapidement sur le toit. Les cages d’escalier du Parlement font l’objet d’échanges de tirs nourris puis de corps-à-corps acharnés. Les soviétiques ont toutefois l’avantage du nombre, et ils parviennent à s’emparer du rez-de-chaussée à l’Est (CC26), bousculent les Volkssturm dans les caves (CC27), occupent le 1er étage à l’Ouest (AA26) et reprennent le contrôle du RDC au sud (AA27).

Cette fois-ci, les allemands contre-attaquent plus vigoureusement dans l’aile Est, soldats du génie en tête, infligeant de lourdes pertes aux soviétiques dans l’aile Est. L’attaque bénéficie de l’absence de tirs en provenance de l’extérieur et profite du fait que l’artillerie lourde russe (OBA 300mm) ne parvienne pas à ajuster son tir.

Dans l’aile Ouest, l’affaire est plus corsée : les russes sont très nombreux et continuent d’affluer dans les couloirs. Une attaque contre la porte principale du Reichstag détourne une partie des moyens allemands, même si l’assaut russe est repoussé dans le sang. Dans les couloirs du Parlement, les combats s’éternisent sans qu’un vainqueur puisse être désigné. Des renforts sont envoyés vers le 2ème étage pour tenter d’enrayer la progression russe.

Les pertes sont sévères dans les deux camps.

La façade sud est prise pour cible par les chars russes parvenus à portée. Obus de 122 et de 85 cherchent une faille alors que les flammes d’un char OT34 viennent lécher les murs.

Tour 3

La stabilisation des positions au nord, dans les caves et au RDC, est rapidement mise à profit par les soviétiques : de nouvelles vagues d’assaut, bannières rouges en tête, sont lancées dans les étages. Le rapport de force est encore localement favorable aux frontoviki, qui attaquent à près de 2 contre 1. Les Waffen SS occupent les étages, tentant d’endiguer la marée rouge, alors que soldats de la Wehrmacht et du Volkssturm établissent la résistance dans les caves et au RDC. Les soldats russes recherchent systématiquement le corps-à-corps, sachant pertinemment que les allemands sont à bout de souffle et ne disposent pas de réserves conséquentes.

Les russes parviennent déjà au 2ème étage à l’Ouest (AA26). Un combat à l’arme blanche s’engage avec des troupes du génie renforcées par un groupe de Waffen SS. Les cris répondent aux claquements des grenades. Attaquants et défenseurs se battent pour le moindre mètre. Le combat dure.

Dans l’aile Est, les russes tentent de faire taire sans succès le canon d’infanterie de 75* qui mis en batterie dans un large couloir. Les assaillants sont repoussés sans avoir pu engager le canon.

L’artillerie russe s’abat finalement sur les arrières allemands (FF1 en CC28) : les réserves, majoritairement constituées de Volkssturm, sont rudement touchées. De nombreux soldats restent prostrés ou cèdent à la peur. Les murs épais du Reichstag tremblent à chaque impact de l’artillerie.

Tour 4

La ligne de front se fige dans les couloirs du Reichstag. Les russes se regroupent, rameutant encore d’autres troupes de l’extérieur, alors que les allemands semblent incapables de mener des attaques sérieuses, fautes de suffisamment de troupes en bon ordre. Les tirs demeurent toutefois nourris, faisant régulièrement plier attaquants et défenseurs. Les corps-à-corps se poursuivent au 2ème étage (AA26). Les russes parviennent à renforcer la mêlée et finissent par annihiler les derniers défenseurs, mais déplorent de lourdes pertes. Une quinzaine de frontoviki, bannière rouge en tête, se prépare au dernier bond vers le toit, menés par un leader 10-2. Aucun soldat allemand n’est présent au 3ème étage, dévasté dès le début de l’assaut. Quelques silhouettes ont cependant été aperçues sur les toits du Parlement.

L’allemand ne réagit que faiblement à la percée des russes dans le coin nord-ouest. Les moyens sont encore insuffisants et les ralliements se poursuivent à l’arrière, gênés par le bombardement de l’artillerie soviétique. Deux mitrailleuses légères et une vingtaine de SS sont envoyés pour couvrir l’accès au toit (AA29 et CC29) : ils sont rapidement pris pour cible par les pièces d’artillerie et les chars russes.

Tour 5

Le bombardement de l’artillerie soviétique continue. Le squad allemand situé au 3ème étage du coin sud-est cède sous la force des explosions. Une bannière rouge apparait de l’autre côté du bâtiment (AA26) : le 3ème étage grouille de soldats russes. Certains se faufilent sur le toit vers l’Est (BB26) pour tenter de prendre à revers les défenseurs allemands situés dans les étages inférieurs à l’Est. La mitrailleuse légère ne suffit pas à les arrêter.

Une contre-attaque désespérée est lancée au 2ème étage de l’aile Ouest : les assaillants déplorent de nouvelles pertes et ne parviennent pas à reprendre du terrain aux soviétiques. L’affaire semble entendue…

Tour 6, 7 et 8…

Les russes ne cessent de progresser à partir du toit et du 3ème étage cette fois-ci. Les derniers défenseurs sont repoussés peu à peu dans la partie sud-est du Reichstag, où les russes les laissent se faire copieusement arroser par leur artillerie lourde décidemment très active. Les caves font l’objet des plus furieux combats, et ce jusqu’au bout.

La bannière rouge flotte au 7ème tour sur le toit du Reichstag désormais conquis par les soldats soviétiques.

Pendant que se déroule l’ultime combat à l’intérieur même du Reichstag, l’armée rouge conquiert facilement les quartiers Ouest : la trentaine de défenseurs, constitués uniquement de Volkssturm, est balayée en 3 tours.

Dans le secteur Est, et malgré le rétrécissement de la ligne de défense après la destruction du pont Marschall, les russes parviennent à percer le long de la Unten den Linden. La porte de Brandenbourg est même atteinte pratiquement en même temps que le drapeau rouge est érigé sur le toit du Parlement.

Les russes ont subis leurs plus lourdes pertes depuis le 28 avril. Mais le rapport de forces et l’absence de réserves allemande en dehors des murs du Reichstag ont permis une victoire totale sur l’adversaire.

La bête fasciste est à terre…

Victoire Russe

Pertes russesPertes allemandes
11 x 4-5-8 2 x 4-6-7
7 x 6-2-8 8 x 6-5-8
2 x 6-2-9 3 x 4-4-7
3 x 4-4-7 9 x 4-3-6
1 x 7-0 2 x 8-3-8
2 x 8-1 2 x 8-0 SS
1 x 9-1 1 x 9-2
1 x 10-2 1 x 8-1
2 LMG 2 x 7-0
1 HMG 1 x 6+1
2 FT, 6 DC 1 LMG
1 SU76 2 MMG
1 OT34 2 HMG
1 PzK
1 AA 88
1 ART 105
1 INF 75
1 AT 75

Post-scriptum

Un grand merci à Clément pour cet AAR fleuve d’une dont la densité n’a d’égal que la qualité. Mieux qu’au cinéma !

Dans la même rubrique

ASL113 Liberating Bessarabia ASL113 Liberating Bessarabia

Un AAR du scénario ASL113 Liberating Bessarabia joué entre Arnaud et Tarjei Vaa.

ASL93 Tavronitis Bridge ASL93 Tavronitis Bridge

Un AAR du scénario ASL93 Tavronitis Bridge (anciennement A1) joué entre Arnaud et Ole Bøe.

ASL125 First Crisis At Army Group North ASL125 First Crisis At Army Group North

Un AAR du scénario ASL125 First Crisis At Army Group North (anciennement M). Les modifications apportées dans la nouvelle version suffisent-elles à rééquilibrer ce célèbre "dog" ?

Navigation

À la une

Tables de référence pour VASL Tables de référence pour VASL

L’ami Julien D. du forum ASL francophone nous a concocté un ensemble de tables de référence bien pratiques dont on se dit « boudiou mais c’est combien le DR qu’il faut faire là » quand on ne les a pas à portée de la main.

Aide mémoire ASL Aide mémoire ASL

L’ami Thierry nous a concocté un aide mémoire pour les règles d’ASL plein pot. Le moins qu’on puisse dire c’est que c’est un sacré boulot !

Feuilles d’hexagones Feuilles d’hexagones

Une aide de jeu bien pratique à imprimer pour gérer vos unités hors carte.