Advanced Squad Leader©
pour les nuls ... et les autres !

Accueil   »   AAR’s, on a joué

Götterdammerung in Berlin, partie 2

Berlin, 28/04/1945 l’après-midi

Le 1er octobre 2008, par Clément Bertrand


Les bâtiments des douanes sont en majeure partie aux mains des russes. L’envoi de renforts par le pont Moltke semble une opération hasardeuse, et l’allemand décide donc de ne pas s’accrocher à cette position et de renforcer la rive sud de la Spree. Des barricades et du barbelé viennent barrer le pont Moltke déjà miné.

La gare Lehrter est quant à elle transformée en forteresse par les parachutistes allemands, appuyés par une compagnie de Volkssturm. Les ordres sont clairs : le bâtiment doit tenir jusqu’à la nuit au moins : sa position dominante empêche dans l’immédiat le passage en force du pont Moltke par les russes qui seraient pris par les tirs de flanc.

Au nord du bassin de Humbolt, une section de la Waffen SS et un canon AA de 20mm sont envoyés en renfort des maigres moyens encore positionnés à l’Ouest du canal.

De plus, l’état-major décide de placer la zone des combats sous le feu de la tour de FlaK du zoo.

L’activité des snipers, tant allemand que russe, demeure intense dans le secteur.

Côté russe, les pertes de la matinée sont rapidement compensées par l’envoi de deux compagnies de fusiliers supplémentaires. Les prisonniers fraîchement libérés de la prison de Moabit sont rapidement armés et constitués en une compagnie.

L’état-major de la 171ème division a fixé un triple objectif avant la tombée de la nuit :

- investir la gare de Lehrter d’où partent des tirs qui empêchent le passage du pont Moltke
- nettoyer les bâtiments des douanes de leurs derniers défenseurs et en faire un tremplin pour l’attaque de la 150ème division vers la rive sud de la Spree, prévue pour le lendemain
- s’emparer du Sand Brücke au nord sur le canal pour investir les quartiers Est de Berlin

L’assaut contre la gare de Lehrter sera mené sur deux axes :

- au nord, une compagnie SMG appuyée par 3 chars progressera par les ruines qui longent la voie de chemin de fer, sous couvert des mitrailleuses lourdes placés en retrait. Ces troupes devront s’infiltrer dans l’aile Est de la gare et prendre les défenseurs à revers. De l’autre côté de la voie de chemin de fer qui pénètre dans la gare, les prisonniers libérés lanceront une diversion en se ruant sur le bâtiment (une ration double de vodka sera distribuée à ces hommes avant l’assaut)

- sur la façade Ouest, plusieurs nids de mitrailleuses lourdes cloueront les défenseurs avant l’envoi d’une compagnie de fusiliers renforcée par des troupes du génie. Un bombardement d’artillerie lourde (152mm) précèdera l’assaut.

Le bombardement préliminaire de l’artillerie russe s’abat à l’arrière de la gare de Lehrter (Q13) : les effets sont mineurs, seuls les servants des canons d’infanterie se retirant précipitamment dans le hall de la gare. Les obus font toutefois s’effondrer une partie de la station de la SBahn (P9) rendant son accès impossible à cet endroit (et par là même, son utilisation pour la traversée du port de Humbolt). De plus, le pont Admiral Scheer est définitivement détruit sur la rive Ouest.

TOUR 1

Les soviétiques finissent de sécuriser les bâtiments des douanes, abandonnés sans combat par les allemands.

Pendant ce temps, aux abords de la gare, les frontiviki se rassemblent dans le bâtiment J11 pour lancer une vague humaine sur la gare.

L’appui de l’artillerie tarde cependant à venir.

Les prisonniers libérés de la prison de Moabit se regroupent dans la cour de la prison, appuyés par quelques sapeurs : l’objectif est de créer une brèche dans le mur d’enceinte (K6-L6) et de se lancer en hurlant sur la gare par le nord en longeant la voie de chemin de fer.

Parallèlement, les restes d’une compagnie de SMG se faufilent dans les ruines situées juste au nord de la gare (P7 à P9).

L’attaque ainsi coordonnée devrait mener à la prise rapide du réduit de la gare Lehrter.

Plus au nord, une compagnie de 2nde ligne récemment acheminée avance dans les bâtiments situés aux abords du Sandbrücke avec pour objectif de les nettoyer totalement et de s’emparer d’une tête de pont sur la rive Est du canal de Humbolt.

TOUR 2

Toujours pas d’artillerie pour appuyer l’attaque principale sur la gare… Qu’à cela ne tienne ! Les sifflets déchirent l’air et se mêlent aux hourras des troupes russes qui jaillissent hors du bâtiment J11. Une compagnie de fusiliers s’élance vers le terre-plein Ouest de la gare, appuyée par une poignée de chars.

Surpris par la vigueur de l’attaque, les allemands sautent derrière leurs armes et déclenchent un feu d’enfer sur les assaillants. Les SS situés au sud de la Spree déversent eux aussi une grêle de plomb sur les assaillants. Les cadavres de soldats russes jonchent rapidement le sol. Les cris des blessés sont couverts par les miaulements des balles qui vont claquer contre le bitume. Un T34 est détruit au panzerfaust à l’entrée Sud de la gare alors qu’il tentait une manœuvre de contournement. Malgré les pertes, plusieurs groupes de soviétiques parviennent à s’infiltrer dans l’aile Ouest de la gare (N13 à 14). L’attaque au nord de la gare connait elle aussi quelques succès. Les prisonniers libérés traversent le no man’s land sans subir trop de pertes, la majorité des défenseurs faisant face à l’assaut principal à l’Ouest. Face à la puissance de l’attaque, les allemands réagissent rapidement : les fallschirmjäger repoussent l’assaut de l’infanterie en P9, tuant l’officier (8-1) qui menait l’attaque et détruisant coup sur coup un SU76 et un T34 qui commençaient à déborder la défense allemande par le boulevard à l’Est de la gare.

Toujours à l’entrée nord de la gare, un sous-officier para parvient à détruire un ISU152 au panzerfaust à partir du 1er étage (N14), alors que quelques soldats russes pénètrent au rez-de-chaussée. Par contre, l’aile Ouest est finalement abandonnée aux mains des russes. Les soldats du Volkssturm mêlés aux fallschirm refluent en désordre de l’autre côté des voies de chemin de fer.

Plus à l’Est, les troupes allemandes ont traversé le SandBrücke vers l’Est, abandonnant définitivement la rive opposée aux russes de la 171ème division.

TOUR 3

L’attaque contre la gare se poursuit.

Les russes s’emparent d’une partie de l’entrée nord et tentent de traverser les voies de garage d’un quai à l’autre. Les allemands reculent pied à pied, ne cédant du terrain qu’au prix de lourdes pertes dans les rangs des soviétiques.

La tour de FlaK entre alors en action et fait pleuvoir ses obus sur l’aile Ouest de la gare : les tirs bien ajustés provoquent l’effondrement d’une partie de l’immeuble (N14) et la perte de près de 30 soldats russes, privant également l’assaillant du commandant de compagnie.

TOUR 4

Les pertes s’alourdissent parmi les assaillants qui semblent surpris par la résistance acharnée des parachutistes allemands. Ils maintiennent toutefois la pression et lancent dans l’attaque tous les moyens restants : chars lance-flammes, troupes d’assaut et vagues de prisonniers libérés se relancent à l’assaut, au nord et à l’Ouest. Les paras allemands résistent farouchement, mais sont lentement repoussés : ils reculent sous une pluie de balles et d’obus vers le coin sud-est de la gare (P12-14). Des chars russes avancent également au sud de la gare.

Au nord, les russes poursuivent leur élan et traversent le SandBrücke sur les talons des soldats allemands. L’assaut est repoussé in extremis mais deux chars parviennent à se maintenir sur le pont et à sa sortie Est. L’artillerie russe vient alors couvrir le champ de bataille de fumigènes (Y7). La tour de Flak, venue renforcer la défense allemande, s’égare sur les quais du port de Humbolt ; mais ses obus trouvent un ISU152 embusqué en retrait et le détruisent.

TOUR 5

L’artillerie russe noie de nouveau le SandBrücke sous les fumigènes. Les fantassins rapidement regroupés lancent alors une vague humaine vers la rive Est et parviennent à atteindre les bâtiments situés sur la rive opposée (Y1 et AA3), soutenus par les chars. Ces derniers sont toutefois arrêtés par une section SS placée en réserve dans les bâtiments de l’hôpital de la Charité : un JS2 est détruit au panzerfaust en Z4. Plusieurs soldats allemands, qui n’avaient pas réussi à se rallier précédemment, se rendent. Une tête de pont semble se dessiner à l’Est du canal de Humbolt !

Dans les ruines de la gare de Lehrter, les fallschirmjäger regroupés en P14 ne parviennent pas arrêter les assaillants : les derniers défenseurs sont liquidés à la grenade et au lance-flammes (2 squads et 2 leaders 10-2 et 9-2). La gare de Lehrter est tombée… Les quelques soldats allemands survivants refluent en désordre à travers les ruines du pont Admiral Scheer.

TOURS 6 et 7

Aucun changement notable. Les russes, saignés à blanc, sont à bout de souffle sur toute la largeur du front. Les troupes épuisées se regroupent dans le hall de la gare ravagée par les combats.

Quelques éléments d’infanterie poussent vers l’Est et étendent la tête de pont (bâtiments BB1 et AA4) mais sont vite arrêtés par les Waffen SS. Les allemands regroupent les survivants et pansent leurs plaies.

VICTOIRE RUSSE

Dans la même rubrique

ASL113 Liberating Bessarabia ASL113 Liberating Bessarabia

Un AAR du scénario ASL113 Liberating Bessarabia joué entre Arnaud et Tarjei Vaa.

ASL93 Tavronitis Bridge ASL93 Tavronitis Bridge

Un AAR du scénario ASL93 Tavronitis Bridge (anciennement A1) joué entre Arnaud et Ole Bøe.

ASL125 First Crisis At Army Group North ASL125 First Crisis At Army Group North

Un AAR du scénario ASL125 First Crisis At Army Group North (anciennement M). Les modifications apportées dans la nouvelle version suffisent-elles à rééquilibrer ce célèbre "dog" ?

Navigation

À la une

Tables de référence pour VASL Tables de référence pour VASL

L’ami Julien D. du forum ASL francophone nous a concocté un ensemble de tables de référence bien pratiques dont on se dit « boudiou mais c’est combien le DR qu’il faut faire là » quand on ne les a pas à portée de la main.

Aide mémoire ASL Aide mémoire ASL

L’ami Thierry nous a concocté un aide mémoire pour les règles d’ASL plein pot. Le moins qu’on puisse dire c’est que c’est un sacré boulot !

Feuilles d’hexagones Feuilles d’hexagones

Une aide de jeu bien pratique à imprimer pour gérer vos unités hors carte.